3èmes Assises de l’Innovation Thérapeutique: « Le parcours de soins à l’heure de l’expérience patient »

Synthèse du colloque sous le parrainage de Thierry Mandon, Secrétaire d’État chargé de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.

Mercredi 4 novembre 2015 – Amphithéâtre Deloitte, 136 Avenue Charles de Gaulle, 92200 Neuilly-Sur-Seine

Introduction: Jacques Marceau, Président d’Aromates

Le moins que l’on puisse dire, c’est que nous vivons actuellement d’importantes et profondes mutations, notamment sous l’effet croisé de la mondialisation et des transformations générées par les technologies numériques connectées. Il semble d’ailleurs qu’aucun secteur ne soit épargné par ce que l’on appelle désormais la transformation numérique, pas même celui de la santé, pourtant et jusqu’à présent, protégé par la solide barrière de la propriété intellectuelle et de puissantes contraintes réglementaires.

Ces mutations ne sont pas, comme on pourrait le croire au premier abord, le seul fait des récentes et rapides évolutions scientifiques et technologiques dans le domaine de la santé amplifiées par la généralisation de l’information médicale disponible sur internet. Elles procèdent d’un mouvement plus large qui marque la fin d’une ère industrielle et d’une société de consommation qui a connu son apogée dans la seconde moitié du vingtième siècle.

C’est un fait, nous entrons, bien trop vite aux yeux de la plupart des acteurs industriels traditionnels, dans un monde où le produit n’est plus destiné à être consommé, métabolisé, détruit ou devenir obsolète pour ensuite être remplacé, mais où il a vocation à servir de support à un usage. La création de valeur se trouve ainsi transférée de la possession de l’objet vers l’expérience que l’on pourra en tirer. L’une des expressions les plus éloquentes de ce constat est sans doute la différence entre l’offre de n’importe quel constructeur automobile et celle de Blablacar. Cette dernière proposant une expérience, non seulement de voyage mais encore de rencontres et de partage.

Ces évolutions n’auront pas tardé à générer les impacts aussi profonds que durables que l’on commence à observer dans le rapport entretenu par les patients à la maladie et aux soins. Ces impacts sont d’autant plus importants que la population concernée grandit à la mesure de l’augmentation de la prévalence des pathologies chroniques. Mais aussi du fait de la rapidité avec laquelle se développent les applications de la génomique et du big data dans le diagnostic. Elles donnent aujourd’hui raison à Knock quand il annonçait sentencieux que « Tout homme bien portant est un malade qui s’ignore ».

C’est ainsi que s’impose aujourd’hui, et par une analogie parfois contestable avec le concept d’expérience client, celui d’expérience patient. Un patient qui non seulement devient acteur de son traitement, mais qui encore devra adhérer à un mode de vie dicté par ce dernier. Dans ce contexte, la maladie n’est plus vécue comme la fatalité ou la catastrophe qui vient briser la « quiétude de la sphère privée » et nous arracher à cette « zone préservée des signes du destin » comme la décrivait Baudrillard dans son essai sur la société de consommation, mais bien comme une période de la vie à part entière. Une expérience porteuse de sens et qui mérite d’être vécue.

Nous voilà donc au seuil d’une véritable métamorphose non seulement sociétale mais encore anthropologique, dont les conséquences sur les modèles d’affaires des industriels, des opérateurs de services de santé mais aussi des organismes payeurs seront de toutes évidence énormes.

L’ambition de ces 3èmes Assises de l’Innovation Thérapeutique est d’en éclairer les contours avec les meilleurs experts de ces questions que je remercie vivement pour leur venue et leur implication.

Je voudrais remercier l’ensemble de nos partenaires, en particulier Deloitte qui nous accueille dans ce bel amphithéâtre et les membres du Collectif Santé Numérique avec qui nous avons conçu ce passionnant programme et réuni ce prestigieux panel d’experts.

Je remercie également le ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, monsieur Thierry MANDON pour son parrainage et la fidélité de son ministère à nos rencontres.

Télécharger la synthèse